¡Revolución!

20 mars 2018. Bientôt trois semaines se sont écoulées depuis mon arrivée sur l’île, et le sort anecdotique d’un mur faisant face à la maison dans laquelle je réside n’en paraît pas moins symbolique. Détruit en son milieu pendant la journée et marqué par une peinture pâlie par le temps, il y était initialement inscrit “Continuamos Defendiendo la Revolución” (Nous continuons à défendre la révolution). D’une part ne se tient plus que le logo du Comité de Défense de la Révolution (CDR), qui prête ici son acronyme au slogan ; de l’autre, quelques lettres des mots qui forment à présent un puzzle irrésolvable sur le sol.

Près de soixante ans après la prise de pouvoir de Fidel Castro, les cubains restent ainsi fiers de leur indépendance suite à plusieurs siècles de colonisation espagnole et d’influence américaine. En revanche, nombre d’entre eux ne cachent pas leurs critiques envers le gouvernement actuel, dont le président Raùl Castro, frère de Fidel, laissera la place en avril prochain. A l’instar du sort réservé à ce mur malheureux, que reste-t-il aujourd’hui de la révolution et comment vit Cuba, île socialiste au milieu d’une mer assurément capitaliste ?

Au fil du récit d’un voyage à travers ce pays fascinant, j’aborderai quelques-unes des différences fondamentales qui existent entre nos sociétés occidentales et la société cubaine. Retour quelques dix-sept jours auparavant, dans une capitale au charme incroyable : La Havane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.